Emploies & économie

La promesse :

  • 200 emplois directs, 300 emplois indirects pour 660 000 m3 de bois ont été promis

La réalité et quelques faits :

  • Équivalent à 3 300 m3 de bois par emploi;
  • L’Ontario a besoin de 246 m3 pour créer un emploi (au NB, présentement, 775 m3);
  • Dans un rapport d’Environnement Canada de 2000 (L’importance de la Nature pour les Canadiens- La Signifiance économique d’activités reliées à la nature), plus de 70 millions de dollars ont été dépensés en 1996 sur la chasse et la pêche au N.-B., avec un total de 208 millions dépensé sur toutes les activités liées à la nature. L’industrie du sirop d’érable aide à soutenir 300 producteurs avec 12-15 millions de valeur (2004);
  • Le Maine et le New Hampshire sont capables d’employer deux fois plus de travailleurs avec la même ressource forestière. Le Vermont et l’Ontario créent 4.3 et 5.5 plus d’emplois comparés au N.-B. utilisant le même montant de ressources. Vermont, avec une population et une culture rurale semblable au N.-B., crée 7 299 emplois avec 660 000 m3 de ressources forestières. L’Ontario en crée 9 214;
  • Une plus grande efficacité ne crée pas plus d’emplois;
  • Environ 12 300 personnes travaillent en foresterie, pêche, dans les mines et dans les carrières de pétrole et de gaz, combinés, sur une main-d’œuvre d’environ 352 000; soit 3.4% de notre main-d’œuvre;
  • Entre 1960 et 2000, les emplois créés à travers de l’utilisation du bois ont diminués de 2.3 emplois/ 1000 m3 à 1.3 emplois/ 1000 m3 (-43%);
  • La stratégie propose de créer 500 emplois pour 660 000 m3, ou 0.8 emplois par 1000 m3.

Une comparaison avec la Nouvelle-Écosse :

  • 3.5 millions d’acres, ou 24% de la terre en Nouvelle-Écosse est terre de la Couronne.
  • Les rapports du NS Registry of Wood Buyers Annual Reports offrent de l’information chaque année au sujet de combien de bois est coupé (bois dur et mou), d’où ce bois est provenu (privé, Couronne, industrie), où le bois a été utilisé (en N.-É. ou exporté), et où il a été utilisé en province (pâte à papier, scieries)
  • Les rapports offrent aussi de l’information au sujet du nombre et de l’envergure de scieries en opération
  • En 2012, 57% du bois coupé provenait de terrains privés, 15% de terres de la Couronne et 28% de terres industrielles.
  • 87% de bois mou et 18% de bois dur a été coupé.
  • 86% du bois mou coupé a été utilisé en N.-É.
  • En tout, 8% de tout le bois coupé a été exporté.
  • En 2012, il y avait 110 scieries, 70 desquelles étaient petites ou moyennes en taille.

Information :

Le Naturaliste du N.-B. – Our Forests-Nos forêts, l’édition spéciale de la publication de Nature NB, contient un article à ce sujet. Accéder la publication ici.